Facebook

Instagram

youTube

Malpropreté du chat

ALLO DOCTEUR ? MON CHAT FAIT PIPI PARTOUT !

SAVEZ-VOUS QUE :

Qu’est-ce qui peut pousser un chat à faire ses besoins ailleurs que dans les zones prévues à cet effet dans sa litière ou le jardin ?

Le premier conseil que l’on peut donner au propriétaire c’est : OBSERVER ! En effet, il est essentiel d’analyser l’attitude et les postures adoptées par le chat au moment de l’élimination pour essayer de mieux comprendre l’origine de ce comportement très désagréable.

ORIGINES

  • Les causes habituelles

Il faut bien le reconnaître, l’expression « mon chat fait pipi partout » est souvent synonyme de pathologie urinaire. En tant que vétérinaire généraliste, notre premier objectif est de voir si l’animal présente effectivement un trouble urinaire : cystite, sablose urinaire, calcul dans la vessie, tumeur, ou une autre maladie comme le diabète ou l’insuffisance rénale. Le vétérinaire réalise d’abord un examen général complet et quelques examens complémentaires comme une prise de sang, d’urine, une échographie, une radiographie avant de pouvoir faire le bon diagnostic.

  • Les autres causes

S’il ne s’agit pas d’une pathologie urinaire ou du diabète, il faut trouver la vraie origine de ce comportement. Et pour y arriver, il faut impérativement comprendre comment le chat « fonctionne ».

Tout d’abord, il faut différencier le marquage urinaire des pipis au mauvais endroit.

Si c’est un simple pipi, la séquence comportementale d’élimination est la même chez le mâle et la femelle. Le chat repère un endroit en reniflant où le substrat est meuble, facile à gratter comme de la terre, de la litière, du sable ou du tissu. Il y fait un petit trou avec les pattes antérieures, se retourne, s’accroupit, fait ses besoins, se redresse, se retourne de nouveau pour sentir ses déjections et les recouvre en grattant avec les pattes antérieures pour enfouir le tout plus ou moins convenablement. La position est caractéristique. Le chat est accroupi. Il ne touche pas le sol, sa queue est horizontale et parallèle au sol. L’urine coule verticalement sur une surface horizontale.

Si c’est du marquage urinaire, la position adoptée par le chat est caractéristique et bien différente. Il est debout, la queue verticale et vibrante. Il tourne le dos à la surface verticale qui sera marquée. Il émet un jet d’urine horizontal qui plus facile à voir chez le mâle que chez la femelle. Contrairement à ce que pense beaucoup de propriétaires et encore quelques vétérinaires, le marquage urinaire n’est pas un trouble de la propreté mais bien un trouble de la communication. Par conséquent, le marquage urinaire est l’affaire de tous les chats, mâles et femelles, stérilisés ou non.

Pour bien comprendre comment « fonctionne » un chat, il est indispensable de s’intéresser à sa manière de percevoir et d’organiser son milieu de vie.

Le chat vit dans un territoire où il exerce ses différentes activités : manger/boire, dormir, éliminer (faire ses besoins), jouer. Certaines de ces activités ne peuvent absolument pas se dérouler au même endroit comme manger et éliminer. Pour le dire autrement, votre chat ne supporte pas de manger dans ses toilettes !

  • Alors que dire du chat qui urine sur le paillasson à l’entrée ou sur votre lit chaque fois que vous laissez la porte de la chambre ouverte ?

Certains chats recherchent des zones d’élimination qui répondent à leurs critères de base : zone calme, support absorbant, possibilité de gratter, zone qui redevient propre régulièrement tout en conservant une odeur d’urine. Partant de ces besoins physiologiques comportementaux, on ne peut donc pas dire que le chat est « sale », contrairement à ce que pensent les propriétaires mécontents mais simplement qu’il a choisi d’autres lieux d’élimination qui ne conviennent pas à leurs cohabitants humains.

PRÉVENTION

  • Il faut trouver la litière optimale, en tout cas celle que le chat apprécie. Certains chats n’aiment pas les litières parfumées et d’autres n’apprécient pas les graviers absorbants ou trop fins. Elle doit avoir 3 cm d’épaisseur ;
  • Le bac à litière doit mesurer 1,5 x la longueur du chat de la pointe du nez à la base de la queue ;
  • La litière peut être couverte ou découverte, peu importe mais surtout elle doit être propre ! Les déjections doivent être retirées 1 fois par jour et la litière complétement changée 1 fois par semaine ;
  • En principe, les chats ont besoin d’une litière par chat + 1 s’il y a plusieurs chats (exemple : 3 chats demandent 4 litières). Ce n’est pas toujours réalisable. En revanche, il est indispensable d’avoir au moins une litière par étage ;
  • Ce qu’il ne faut absolument pas faire avec les litières :
    • Ne jamais placer une litière à côté de la zone d’alimentation,
    • Ne jamais placer 2 litières en vis à vis, mais plutôt dos à dos ou perpendiculaire l’une à l’autre,
    • Ne pas placer la litière face à un miroir, ça pourrait donner l’impression au chat qu’un autre congénère est présent,
    • Ne pas laisser une litière non utilisée ;
  • Si le chat élimine au mauvais endroit, on place la litière à cet endroit pendant 2 semaines au moins. Quand le chat l’utilise régulièrement et si son emplacement dérange les propriétaires, on peut commencer à la déplacer progressivement jusqu’à un endroit moins gênant ;
  • Le chat a besoin de tranquillité quand il fait ses besoins. Il ne doit pas être dérangé ni par un autre animal ni par un humain. Par conséquent, il ne faut pas profiter de son passage aux toilettes pour lui donner un médicament ou faire une manipulation qui le dérange comme le brossage. De la même manière, on ne place pas la litière dans un endroit bruyant comme à côté d’une machine à laver ou dans un endroit de passage ;
  • Il est conseillé de bien nettoyer les zones qui ont été souillées avec un produit d’entretien classique (sans Dettol ®, sans javel, sans ammoniac) puis de la rincer avec du vinaigre blanc ;
  • Dans certains cas, on peut aussi empêcher le chat d’aller sur cette zone en la rendant désagréable. Il suffit de recouvrir cet endroit de papier aluminium ou d’une couverture de survie. Vous pouvez aussi donner une autre fonction à cette zone si vous y placez de la nourriture ;
  • Dans tous les cas, il est vivement déconseillé de punir un chat qui a été malpropre. Cela ne fait que de le stresser. Cela à même tendance à aggrave les comportements inappropriés.

En conclusion, la malpropreté chez le chat est avant tout associée au stress de l’organisation du territoire. C’est pourquoi, il est utile de réduire l’anxiété avec des compléments comme le Zen Supp TM, des phéromones ou des huiles essentielles comme le Zen Miloa TM. Ils peuvent se montrer très efficaces. Face à la malpropreté, il est vivement conseillé de mettre en place tous les « trucs » en même temps pour se donner une chance de réussite. Pour les cas récalcitrants, le vétérinaire (comportementaliste) pourra avoir recours à des médicaments.

Comme quoi, un simple pipi au mauvais endroit n’est pas toujours si simple à gérer !

 

Docteur Eric Witvrouw
DMV | Vétérinaire comportementaliste
Centre Vétérinaire ÉducaVet’s
Site internet

Produits Miloa concernés :