» BAOS

Facebook

Instagram

youTube

BAOS

SYNDROME OBSTRUCTIF BRACHYCEPHALE ou SORB ou BAOS

SAVEZ-VOUS QUE :

Le syndrome brachycéphale est également connu sous les abréviations SORB (Syndrome Obstructif Respiratoire des Brachycéphales) ou BAOS (Brachycephalic Airway Obstruction Syndrome). Brachycéphale signifie « tête courte ».

On parle de syndrome car il s’agit d’une association d’anomalies formant ensemble une entité qui caractérise cette pathologie.

ORIGINES

Certaines races telles que le Bouledogue Français, le Bouledogue Anglais, le Carlin, le Pékinois et le Cavalier King Charles Spaniel ont comme particularité anatomique d’avoir un crâne moins allongé que les autres races de chien et un museau très court. Ces particularités anatomiques ont été obtenues après de nombreuses années de sélection génétique. Malheureusement, cette sélection a échappé à tout contrôle et a entraîné l’apparition de nombreux symptômes débilitants dont la sévérité peut varier fortement d’un individu à l’autre.

Le syndrome brachycéphale est composé principalement d’anomalies respiratoires et digestives. Au niveau respiratoire on observe notamment : des narines rétrécies, un voile du palais trop long et trop épais, une langue trop épaisse, un larynx effondré sur lui-même et/ou une trachée de petit diamètre. Au niveau digestif, on retrouve surtout une inflammation de l’œsophage et/ou de l’estomac. Avec le temps, les anomalies respiratoires et digestives peuvent s’aggraver et devenir de plus en plus difficiles à traiter. Il est donc important d’intervenir le plus tôt possible voire de façon préventive.

SIGNES CLINIQUES

Les ronflements sont fréquemment rapportés chez les races brachycéphales. Ceux-ci sont en général considérés comme normaux pour ces races, mais il faut garder à l’esprit qu’ils sont la conséquence d’une conformation anatomique hors normes. On observe également d’autres symptômes comme les difficultés respiratoires, de l’intolérance à l’exercice (le chien doit s’arrêter pour récupérer lors de promenades et de jeux) et à la chaleur voire même des pertes de connaissance (syncopes).

Des symptômes digestifs tels que des vomissements et/ou régurgitations sont courants.

DIAGNOSTIC

Les narines rétrécies sont faciles à observer pendant l’examen général. Pour vérifier la présence des autres anomalies, l’idéal est de réaliser une endoscopie sous anesthésie générale. Ceci permet d’établir un bilan de toutes les anomalies respiratoires et digestives afin de proposer un traitement adapté. Des radiographies du thorax sont parfois aussi proposées pour évaluer le diamètre de la trachée ainsi que l’aspect des poumons.

En effet, les chiens ayant un syndrome brachycéphale sont prédisposés aux pneumonies par aspiration.

TRAITEMENTS ET PRONOSTIC

Une fois que le bilan des anomalies présentes a été effectué, une correction chirurgicale de ces malformations respiratoires est proposée. Le plus souvent cette intervention consiste à agrandir l’ouverture des narines et à raccourcir le voile du palais. Lorsque le chien présente à la fois des symptômes respiratoires et digestifs, la correction chirurgicale des anomalies respiratoires permet dans certains cas d’améliorer également les anomalies digestives car il existe un lien de cause à effet entre les deux. Dans certains cas cependant, les anomalies digestives sont trop sévères et il faut également intervenir chirurgicalement au niveau du système digestif et mettre en place un traitement médical.

Le pronostic dépend de la sévérité des anomalies présentes au départ. Une discussion au cas par cas est conseillée avec le vétérinaire du chien.

 

Docteur Emilie Vangrinsven
Diplômée du Collège Européen de Médecine Interne Vétérinaire | PhD U-Liège
Assistante à l’Université de Liège en clinique des animaux de compagnie | Auteure et co-auteure de nombreux articles scientifiques

Produits Miloa concernés :